Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cie Théâtre Bouche d'Or

Cie Théâtre Bouche d'Or

Bienvenue sur notre site


Les débordements de Roussalka O La Fuente Gloriosa Nueva

Publié par bouche d'or sur 28 Février 2015, 08:55am

Catégories : #Historique de la Cie TBO

Les débordements de Roussalka O La Fuente Gloriosa Nueva

 

15.T.Poussevin

 

Une femme dans une bulle.

Une femme dans l'eau.

Son refuge.

Elle se noie, croyant se dérober.

Mais le monde la rattrape, sans relâche.

Elle se raconte par bribes.

Des images s'impriment sur son corps.

Des images de l'extérieur qui fragilisent son corps.

Le texte est parlé, parfois enregistré, parfois chanté.

La vidéo, la musique et les sons l'accompagnent autant qu'ils la contraignent.

 

 

 

 

Marine Biton Chrysostome a imaginé une première forme des Débordements de Roussalka O la Fuente Gloriosa Nueva en janvier 2008 à Toulouse, au cours d’un workshop avec Rodrigo Garcia. Pour El Silencio, la comédienne, munie de son accordéon, explore le rapport entre corps et image, intérieur et extérieur. Dans le silence, elle travaille sur le souffle qui se perd dans le chant. Déjà, la vidéo est présente, le corps de l’actrice en est le support. L’image influe sur le rythme de sa respiration. La problématique que Marine veut explorer est posée : comment le monde qui nous entoure contraint notre corps et nous conditionne, sans même que nous en ayons conscience.

 

Le projet est ensuite repris en novembre 2008 à la Villa Mais d'Ici à Aubervilliers sous la forme d’une performance intitulée De Espalda Frente al Silencio. Suite à cette expérience, le besoin des mots se fait sentir et Marine décide d’écrire pour ce corps. Il ne peut plus être que souffle et tremblement. Il a besoin de dire. C’est à ce moment-là que la collaboration commence. Chargée de la direction d’acteur et de la mise en scène, je suis très vite amenée à m’impliquer également dans l’écriture. À force de discussions, de recherches, de corrections, nous aboutissons à un texte délibérément fragmentaire.

 

voeux-2011-copie-2

Gardant le désir de se mettre en danger et d’explorer les possibilités que peut offrir une contrainte physique, Marine choisit de placer son personnage dans l’eau. L’eau sera son refuge, l’endroit d’où elle peut se raconter. Dans une demi-sphère de plexiglas, on peut observer son corps dénudé, saisir ses moindres soubresauts et continuer à s’en servir comme réceptacle de la vidéo. L’eau amène de la matière, mais aussi beaucoup de contraintes, ce qui est intéressant pour l’actrice. Le dispositif éloigne toute tentation naturaliste. Le mouvement est limité. Il se doit d’être précis. La volonté est de travailler le plus possible sur la découpe.

 

Début 2009, une équipe de création est alors formée pour aboutir et théâtraliser la performance. Qu’il s’agisse de la vidéo ou de la musique, chaque artiste part du texte et fait une proposition, proposition qui évoluera au cours des répétitions. Le texte, fragmenté, donne à entendre différents aspects du personnage. Dans cette même idée, les différents artistes doivent amener leur vision pour décupler les possibilités de lecture.

 

Le dispositif scénique se compose de la demi-sphère en plexiglas et de projections vidéo de grand ou petit format. Le son est présent en continue, parfois tellement faible qu’il en devient inaudible. S’alternent bruits, mélodies, ambiances qui contraignent ou accompagnent la voix de Roussalka. Jamais illustratives, vidéo et musique deviennent les partenaires de Marine. Le texte est dit par la comédienne, mais aussi diffusé sous forme de voix-off ou bien projeté sur un mur, tout comme les images s'impriment sur son corps ou au-dessus de lui.

 

Rêves, souvenirs, confessions, colères... Différents niveaux de lectures s'entremêlent pour donner à voir et à entendre cesDébordements, qui s’évanouissent dans un chant quand la parole ne peut plus libérer Roussalka.

 

Créé à Paris au printemps 2009, repris à l’Aquarium Tropical de Paris (Nuit des Musées), Roussalka est à nouveau développé au cours de l’été 2010 au Centre Artistique et culturel le PasSage à Saintes (résidence suivie de représentations).

 

Juliette Mézergues, metteur en scène.

 

Les débordements de Roussalka O La Fuente Gloriosa Nueva

 

Durée : 1 heure

 

Article - critique du Journal Les Trois Coups, Le Yono à Paris - 2009

Article Sud-Ouest , Le Pas Sage à Saintes - 2010

 

Article Le Littoral, Le Pas Sage à saintes - 2010

 

 

 

 

 

 

 

Captation du spectacle au Magasin (Malakoff) en 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents